Les ingrédients d’une automédication responsable

Les ingrédients d’une automédication responsable

22.09.2014

Un patient plus impliqué dans la prise en charge de sa santé et de son bien-être. Un pharmacien qui supervise l’achat des médicaments sans ordonnance. Lors du 4e forum AFIPA, tous les intervenants étaient unanimes sur la nécessité de conserver ce binôme pour sécuriser l’automédication.

« L’AUTOMÉDICATION va dans le sens de l’histoire. Le potentiel de développement est important en France mais il manque le courage politique. » Pascal Brossard, président de l’AFIPA, est convaincu que les Français montrent les signes d’un besoin croissant d’autonomie et la volonté d’être toujours plus actifs dans la prise en charge leurs maladies bénignes. « La France et les Français sont prêts, mais il y a un décalage avec les élites. Les Français se responsabilisent pour réguler les...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires