HCSP : « le dispositif vaccinal est complexe, illisible et inégalitaire »

HCSP : « le dispositif vaccinal est complexe, illisible et inégalitaire »

Mélanie Maziere
| 15.09.2014
  • HCSP : « le dispositif vaccinal est complexe, illisible et inégalitaire » - 1

Le Haut conseil de la santé publique (HCSP) a publié, en fin de semaine dernière, un avis sur le dispositif vaccinal en France. Il appelle à un débat public car ce dispositif est aujourd’hui « devenu complexe, illisible et inégalitaire ». L’instance rappelle que la vaccination est pourtant « l’action de santé publique la plus efficace », aucune autre n’ayant eu « autant d’impact sur la réduction de la mortalité et la croissance de la population ». Le HCSP note que la France et l’Italie sont les deux seuls pays à maintenir une obligation vaccinale pour les enfants, alors que les autres pays européens, sans user de la contrainte, obtiennent des taux de vaccination équivalents, voire même supérieurs. Aujourd’hui, le calendrier vaccinal compte trois vaccinations obligatoires pour les enfants – contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite – mais ne contraint pas les adultes aux rappels. De plus, le fait qu’il existe des vaccins obligatoires et d’autres recommandés est « source d’incompréhension » pour la population et les professionnels de santé, d’autant que ces vaccins bénéficient le plus souvent d’une prise en charge différente. Pour le HCSP, la politique vaccinale de la France doit être « beaucoup plus volontariste », notamment par l’élargissement des lieux de vaccination et des compétences de certains professionnels de santé qui pourraient ainsi vacciner. Il souhaite qu’une prise en charge complète des vaccinations – obligatoires ou recommandées – soit garantie et sans reste à charge. Il propose d’ailleurs la création d’une centrale d’achat de vaccins unique pour favoriser une baisse des coûts.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires