Les produits désinfectants, deuxième cause d’asthme professionnel

Les produits désinfectants, deuxième cause d’asthme professionnel

Charlotte Demarti
| 08.09.2014
  • Les produits désinfectants, deuxième cause d’asthme professionnel - 1

Après la farine utilisée par les boulangers, ce sont les produits désinfectants - utilisés par les professions de santé et de nettoyage - qui sont les principales causes d’asthme professionnel en France. Tel est le résultat d’une étude française présentée lors du congrès de la Société européenne de pathologie respiratoire (Munich, Allemagne). Pour le Pr de Blay, pneumologue aux hôpitaux universitaires de Strasbourg et principal auteur de l’étude, « l’émergence des produits désinfectants dans les causes d’asthme est un phénomène nouveau, qui n’était pas perceptible dans une précédente étude réalisée à la fin des années 1990 ».

Dans le détail, l’étude a passé en revue 330 cas d’asthme professionnel répertoriés entre 2008 et 2011 dans six départements français (Haut-Rhin, Bas-Rhin, Doubs, Territoire de Belfort, Val-de-Marne et Yvelines). Les chercheurs ont montré que les boulangers-pâtissiers constituaient la profession la plus à risque en raison de leur contact avec la farine, responsable de 20 % des cas d’asthme. Viennent ensuite les professionnels de santé et du nettoyage, qui manipulent des produits désinfectants (et notamment des composés d’ammonium quaternaire), à l’origine de 15 % des cas d’asthme professionnel. La troisième profession à risque est celle des coiffeurs qui utilisent des persulfates, substances présentes dans les produits de décoloration. Rappelons que l’asthme professionnel représente environ 10 à 15 % des cas d’asthme observés en France.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Lactalis

À la Une Retraits de lots : objectif zéro défaut Abonné

À ce jour, aucun bébé ne se trouve en danger. Mais l’affaire du lait contaminé aurait pu très mal tourner. Elle révèle surtout que les systèmes d’alerte et de retrait de lots sont perfectibles. Et pas seulement dans la grande distribution puisque 44 pharmaciens ont été épinglés par la DGCCRF pour avoir détenu dans leurs officines des boîtes de laits concernés par les retraits de lots. Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.