France stratégie pointe un système de santé « coûteux »

France stratégie pointe un système de santé « coûteux »

Anne-Gaëlle Moulun
| 23.07.2014
  • France stratégie pointe un système de santé « coûteux »-1

Dans un rapport comparant les dépenses publiques dans plusieurs pays européens, France stratégie relève que « le système de santé français est coûteux, performant, mais peu efficient ». L’ex-Commissariat à la stratégie et à la prospective, rebaptisé France stratégie, plaide notamment pour une organisation des soins « moins hospitalo-centrée ».

Le rapport note que « l’indicateur de performance le plus complet, l’Euro health consumer index place l’Allemagne et la France dans des cadrans opposés en terme de corrélation dépenses/performance ». Ainsi, la France « dépense peu (7 % du PIB) pour un système peu efficace », tandis que l’Allemagne « dépense beaucoup (8,2 % du PIB) et est plus performante ». En revanche « avec des dépenses qui sont au niveau de celles de l’Allemagne, la Suède obtient de meilleurs résultats que la France », souligne le rapport. Il note cependant que l’Hexagone « se démarque par l’accès aux nouveaux médicaments », mais ajoute que « sa performance est mitigée par les difficultés d’accès aux soins ». En effet, sa « prévalence de besoins médicaux non satisfaits » est forte, en particulier à cause du « faible remboursement des frais d’optique et des soins dentaires ».

Malgré tout, le rapport reconnaît que le reste à charge pour les patients est le plus faible en France, de l’ordre de 0,87 % du PIB contre 1,53 en Suède. « Ce résultat va de pair avec une forte dépense en assurance privée (1,84 en France contre 0,21 en Suède) », détaille le document. Les auteurs concluent que « des marges d’efficience existent dans l’organisation des soins (médecine ambulatoire peu développée) et dans notre surconsommation de médicaments ». Ils estiment que « la dépense en santé gagnerait en efficacité si la coordination entre acteurs était améliorée dans le cadre d’une politique de soins moins "hospitalo-centrée" et d’un développement concomitant du maillage de la médecine de ville (soins primaires) ».

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires