Le gouvernement embarrassé - Chômage : la malédiction ?

Le gouvernement embarrasséChômage : la malédiction ?

30.06.2014

Le gouvernement a épuisé toute la phraséologie liée au chômage. Il ne parle plus d’« inversion de la courbe », tente de se réfugier dans la « stabilisation », tout aussi incertaine, constate qu’il est préférable de ne plus faire de pronostic, tandis que Michel Sapin rappelle qu’il n’est plus ministre du Travail, poste auquel François Rebsamen tente essentiellement de trouver des formules sémantiques pour décrire un phénomène qui ravage le pays.

  • Rebsamen, " ministre des mauvaises nouvelles »

Il n’y avait aucune raison d’exprimer un étonnement douloureux, une surprise choquée, ou un sentiment d’injustice lorsque les chiffres du chômage furent publiés jeudi dernier. On savait en effet que la croissance avait été nulle au premier trimestre. Dès lors qu’on ne crée pas des emplois avec une croissance inférieure à 1,5 %, on ne risque pas d’en créer s’il n’y a pas du tout de croissance. L’environnement n’est pas meilleur : la croissance a été négative de 2,9 % (en rythme annuel) au...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Conseil d'Etat

Communication : le Conseil d’État desserre l'étau

Dans une étude rendue publique hier, le Conseil d’État préconise la suppression de l'interdiction de la publicité pour les professionnels de santé, y compris pour les pharmaciens, du code de la Santé publique. Il se déclare même... 1

Partenaires