Après le choc des européennes - Comment résister au pessimisme

Après le choc des européennesComment résister au pessimisme

02.06.2014

Le tableau peint par les élections européennes est d’autant plus sombre qu’il expose les ravages infligés aussi bien à la droite qu’à la gauche, c’est-à-dire qu’il n’offre pas la perspective d’un sursaut de l’une des deux grandes formations qui, traditionnellement, exercent le pouvoir. On pourrait, certes, se résigner au fonctionnement de la démocratie et donc à de nouvelles victoires du Front national qui, in fine, lui donneraient la majorité législative et l’exécutif. Mais il n’est pas sûr du tout que le Front, bien qu’il se nourrisse principalement du chômage et de la précarité, ait devant lui une voie royale qui le conduirait au pouvoir.

Le triomphe du Front ne peut pas être relativisé ou ignoré. Il sanctionne un exécutif qui, depuis deux ans, s’est montré incapable de redresser la situation économique du pays, s’est constamment justifié par l’héritage qu’a laissé Nicolas Sarkozy, s’est cru obligé de se lancer dans des réformes qui non seulement n’étaient pas prioritaires mais ont indigné le camp catholique ou conservateur. À cet égard, la responsabilité de la majorité dans l’ascension du Front égale au moins, si elle ne...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires