Europe : des drogues de plus en plus nocives

Europe : des drogues de plus en plus nocives

Mélanie Maziere
| 30.05.2014
  • Europe : des drogues de plus en plus nocives - 1

L’Observatoire européen des drogues et toxicomanies (OEDT) lance une alerte : les drogues consommées en Europe sont de plus en plus nocives pour la santé. Elles sont plus fortement dosées ou leurs substances sont particulièrement puissantes, et elles entraînent une hausse des overdoses dans certains pays. À ce jour, plus de 80 millions d’Européens, soit un quart de la population adulte en Europe, ont consommé une drogue illicite au cours de leur vie. Le rapport annuel de l’OEDT précise que « de nouvelles substances psychoactives » de synthèse, non réglementées par le droit international parce qu’insuffisamment connues, « apparaissent sans cesse sur le marché » et imitent ou remplacent les drogues réglementées. Ainsi, la consommation d’héroïne ou de cocaïne est en baisse tandis que les drogues de synthèse « continuent leur invasion », souvent vendues sur Internet comme des « euphorisants légaux ou legal highs » ou comme des « produits chimiques destinés à la recherche ». Le système d’alerte précoce européen (EWS) a détecté 81 nouvelles drogues en 2013. Il surveille plus de 350 substances psychoactives régulièrement soupçonnées d’intoxications ou de décès, telles que le MDPV, composant principal de la drogue dite « sels de bain », associé à 99 décès principalement en Finlande et au Royaume-Uni. Globalement le nombre de décès liés à une surdose de drogue en Europe est en baisse - 6 100 décès en 2012 contre 6 500 en 2011 – mais certains pays enregistrent une hausse préoccupante : Estonie, Finlande, Irlande, Norvège et Suède. Autre inquiétude : l’usage de méthamphétamine, jusqu’alors limité à la République Tchèque et la Slovaquie s’étend désormais à l’Allemagne, la Grèce, Chypre, la Lettonie et la Turquie. L’OEDT note également une « réémergence préoccupante d’ecstasy fortement dosée », tout comme le cannabis dont la teneur en THC est en hausse. Celui-ci reste la drogue illicite la plus consommée en Europe, en particulier au Danemark et en France. À noter : le Royaume-Uni est le plus gros consommateur de cocaïne, d’ecstasy, d’amphétamines et d’opiacés.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires