Les achats et la contrefaçon de médicaments explosent sur la Toile - Comment sécuriser votre site de vente en ligne

Les achats et la contrefaçon de médicaments explosent sur la ToileComment sécuriser votre site de vente en ligne

Anne-Gaëlle Moulun
| 17.04.2014

La saisie de 2,1 millions de faux médicaments au Havre relance les interrogations sur la sécurité de l’achat de médicaments sur Internet. À l’heure où les faux sites foisonnent et où le marché de la contrefaçon de médicaments ne cesse de croître, le « Quotidien » fait le point sur les précautions à prendre pour se lancer, en toute légalité, dans la vente en ligne de médicaments.

  • La sécurité des ventes de médicaments sur Internet repose sur les pharmaciens

LA DIRECTION des douanes a annoncé la semaine dernière une saisie record de 13 tonnes de médicaments contrefaits, effectuée au Havre le 27 février 2014. Dans deux conteneurs adressés à la Belgique, les douaniers ont retrouvé 2,4 millions de médicaments, en majorité de l’aspirine et des comprimés contre les troubles de l’érection (Viagra, Cialis). Désormais, les médicaments sont le premier secteur touché par la contrefaçon. Ils représentaient 18 % des 7,6 millions d’articles saisis par les...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires