Médicaments de ville : une nouvelle baisse des dépenses en 2013

Médicaments de ville : une nouvelle baisse des dépenses en 2013

Mélanie Maziere
| 10.04.2014
  • Medicamentsmedicament comprime cachet gellule

Une nouvelle baisse sur le poste médicaments de ville a été enregistrée en 2013 par l’Assurance-maladie dans son bilan des dépenses de santé présenté ce matin. Après une décroissance de 0,8 % en 2012, à 22,7 milliards d’euros, il observe en effet un recul de 0,4 %, à 22,6 milliards d’euros. Des résultats en lien avec la mobilisation des acteurs du système de santé et d’actions en faveur du respect des objectifs de l’ONDAM (baisses de prix, actions étendues de maîtrise médicalisée, dispositif tiers payant contre génériques, etc.). Les économies issues des génériques s’élèvent à 1,6 milliard d’euros, grâce à une nette augmentation de la substitution. En revanche, l’Assurance-maladie constate également une hausse du nombre de prescriptions (+1,2 %), une « tendance à prescrire des médicaments de plus en plus onéreux » et un « taux de prise en charge plus élevé » qui résulte de « l’augmentation du poids des médicaments pris en charge à 100 % ». Les classes thérapeutiques qui croissent le plus sont les anticancéreux, les antirhumatismaux, les antidiabétiques, les antiagrégants, les traitements de la sclérose en plaque et de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Le Lucentis, indiqué dans la DMLA, reste le médicament le plus remboursé, à 428,6 millions d’euros. Malgré une baisse de prix en deux étapes, sa progression reste marquée (+10,2 %).

L’Assurance-maladie indique qu’il « subsiste toujours des marges de progression significative », avec de réels « potentiels d’économie » sur les prix, le bon usage du médicament et la prescription. Un constat qui tombe à pic, alors que le gouvernement vient d’annoncer des économies de 10 milliards d’euros pour la seule assurance-maladie d’ici à 2017. Le directeur de la CNAM, Frédéric van Roekeghem, estime que l’effort demandé par le gouvernement est « important » et précise que la répartition des économies sera détaillée dans les lois de financements de la Sécurité sociale.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Génériques

Le GEMME propose une ROSP pharmacien pour la substitution de spécialités complexes

Malgré la volonté des pouvoirs publics de relancer le développement des génériques, l'état des lieux dressé par le GEMME reste en demi-teinte et les perspectives moroses. L'association des génériqueurs énumère une série de... Commenter

Partenaires