Cinq ans après la fin du monopole d’État - Bilan mitigé des privatisations en Suède

Cinq ans après la fin du monopole d’ÉtatBilan mitigé des privatisations en Suède

17.03.2014

Il y a tout juste cinq ans, la Suède lançait la privatisation de son réseau de pharmacies d’État et libéralisait totalement ce secteur jusque-là strictement encadré. Aujourd’hui, le bilan de cette opération apparaît contrasté : si les pharmacies sont plus nombreuses qu’autrefois et offrent plus de services, la qualité des prestations n’a pas augmenté et la concurrence ne profite guère aux clients, tandis que les conditions de travail des pharmaciens se sont plutôt dégradées.

  • Aujourd'hui, 29 opérateurs se partagent les 1 280 pharmacies du pays

JUSQU’EN 2009, la Suède disposait d’un réseau national de 924 pharmacies, Apoteket AB, complété par 800 dépôts de médicaments et points de livraisons répartis dans les zones isolées. Sous la pression de l’Union européenne, qui a exigé que la Suède mette fin à un certain nombre de monopoles d’État, dont celui sur les pharmacies, le pays a libéralisé son système à partir de 2009, en autorisant aussi bien les chaînes que les créations individuelles. De plus, les OTC ont été sortis du...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires