Motilium : l’agence européenne du médicament préconise des restrictions d’utilisation

Motilium : l’agence européenne du médicament préconise des restrictions d’utilisation

Jacques Gravier
| 07.03.2014
  • Motilium : l’agence européenne du médicament préconise des restrictions d’utilisation - 1

Le comité de pharmacovigilance de l’Agence européenne du médicament (EMA) a recommandé de restreindre l’utilisation de médicaments anti-nausées et vomissements à base de dompéridone vendus notamment sous l’appellation Motilium (Janssen-Cilag), dans un avis rendu public vendredi. « La dompéridone a clairement été associée avec un petit risque accru d’effets cardiaques potentiellement mortels », relève le comité pour l’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC) de l’agence européenne, précisant que le risque est plus important chez les patients âgés de plus de 60 ans et ceux prenant des doses quotidiennes supérieures à 30 mg. Le PRAC préconise en conséquence de réduire les doses prescrites et de réserver le médicament au traitement des nausées et des vomissements et de ne plus le prescrire pour des brûlures d’estomac ou des ballonnements. Le traitement ne doit pas dépasser une semaine et ne doit pas être donné aux patients souffrant de problèmes hépatiques ni à ceux souffrant de troubles du rythme cardiaque. Les doses recommandées ne devront à l’avenir plus dépasser trois comprimés de 10 mg ou deux suppositoires de 30 mg par jour chez l’adulte ou l’adolescent de plus de 35 kg. Le PRAC relève également que les données sur l’efficacité de la dompéridone en suppositoire et chez l’enfant restent « limitées » et que de nouvelles études vont être menées sur le sujet.

La recommandation du PRAC sera examinée en avril par l’instance qui représente les différentes agences nationales du médicament dans les pays de l’Union européenne, pour un avis définitif.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires