Étudiants en pharmacie : la vaccination contre l’hépatite B devra être prouvée par la sérologie

Étudiants en pharmacie : la vaccination contre l’hépatite B devra être prouvée par la sérologie

20.02.2014
  • Étudiants en pharmacie : la vaccination contre l’hépatite B devra être prouvée par la sérologie - 1

La Direction générale de la Santé (DGS) vient de publier les modalités d’application des obligations vaccinales des professionnels de santé. Désormais, les étudiants en filière de santé devront apporter la preuve sérologique de leur immunisation contre l’hépatite B. Cette mesure permet de vérifier l’absence d’infection chronique et de s’assurer que le sujet est bien répondeur à la vaccination. Ainsi, tout étudiant en filiale de santé - et notamment en pharmacie - devra faire réaliser une recherche d’anticorps anti HBs (Ac anti HBs›100 UI/l), ou apporter une telle sérologie réalisée anciennement. Une attestation médicale de vaccination et d’immunisation leur sera demandée pour leur admission à l’université, préférentiellement au moment de l’inscription et au plus tard avant l’entrée en stage. Sans ce document, les étudiants ne pourront effectuer que des stages d’observation ou sans réalisation d’actes à risques. En revanche, pour l’immunisation contre le tétanos, la poliomyélite, la diphtérie et la fièvre typhoïde, une présentation du carnet de santé prouvant la vaccination complète suffit (dose reçue, date numéro de lot).

Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez 1 Commentaire
 
JEAN-MARIE H Pharmacien 21.02.2014 à 14h45

Le problème. C'est que certains sujets sont peu répondeurs à la vaccination ! Le consensus en médecine générale propose d'arrêter d'essayer de vacciner après 6 injections si le patient n'est toujours Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Automédication

La fin des marques ombrelles : un danger pour l'automédication ?

Pascal Brossard, vice-président de l’AFIPA, craint que la fin des marques ombrelles et la disparition des noms de fantaisie sur les emballages des médicaments d'automédication ne représentent des freins au développement de ce... 17

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.