Plus de 2 mois pour obtenir un rendez-vous chez l’ophtalmo

Plus de 2 mois pour obtenir un rendez-vous chez l’ophtalmo

Jacques Gravier
| 11.02.2014
  • Plus de 2 mois pour obtenir un rendez-vous chez l’ophtalmo - 1

Soixante-dix-sept jours, c’est le délai moyen en France pour obtenir un rendez-vous chez l’ophtalmologue. Ce délai peut atteindre 7 mois dans certains départements, voire un an chez certains praticiens, selon une enquête qui vient d’être rendue publique. Selon cette étude, 15 % des ophtalmos ne sont plus en mesure d’accepter de nouveaux patients. Mais dans dix départements, les refus de rendez-vous pour cause d’agenda saturé concernent 30 à 65 % des spécialistes libéraux. C’est à Paris, dans les Hauts-de-Seine (92), les Alpes-Maritimes (06) et les Bouches-du-Rhône (13) que les délais d’attente pour un rendez-vous sont les plus courts (de 24 à 40 jours en moyenne). À l’inverse, dans la Loire (42), dans le Finistère (29), en Isère (38) et en Seine-Maritime (76), les délais restent très longs : supérieurs à 152 jours d’attente. À Rennes et Toulouse, l’attente dépasse les 3 mois. Parmi les dix plus grandes villes, Paris, Marseille et Bordeaux sont celles où l’attente est la moins longue avec un délai moyen pour obtenir un rendez-vous inférieur à un mois (respectivement 24,7 jours, 24,8 et 27,4). Mal lotie, la Loire bat tous les records : elle est en tête des dix départements où le délai d’obtention d’un rendez-vous est le plus long (205,3 jours en moyenne) après prise de contact avec au moins 20 spécialistes, et elle détient le taux d’impossibilité de prendre rendez-vous le plus élevé (65 %). Cette enquête a été réalisée par Yssup Research auprès de plus de 2 600 ophtalmologues pour le groupe Point Vision, dont les centres affirment proposer un rendez-vous « en moins de 48 heures (par Internet ou par téléphone) ».

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires