Le remboursement des appareils contre l’apnée du sommeil soumis à leur usage

Le remboursement des appareils contre l’apnée du sommeil soumis à leur usage

Jacques Gravier
| 30.01.2014
  • Le remboursement des appareils contre l’apnée du sommeil soumis à leur usage - 1

Depuis octobre dernier, l’assurance-maladie suit au jour le jour l’utilisation par les nouveaux patients des appareils contre l’apnée du sommeil - traitement par pression positive continue (PPC) -, dont l’usage régulier conditionne désormais le remboursement par la Sécurité sociale. L’ensemble des patients appareillés devront être sous « téléobservance » d’ici à 2016. Si l’appareil est utilisé au moins trois heures par jour, le loueur de l’appareil est pleinement remboursé, sinon le paiement est dégressif. En cas de sous-utilisation prolongée, la rémunération diminue de moitié. Si la situation persiste, l’assurance-maladie ne verse plus rien. Le prestataire peut alors soit retirer la PPC, soit demander au patient de payer. Cette première répond à une volonté d’économies, mais de leur côté les patients redoutent un « flicage ».

Chaque nuit, près de 500 000 Français utilisent ce type d’appareil. Les remboursements de PPC ont dépassé les 400 millions d’euros en 2012, en hausse de 11 % par rapport à 2011. Or, selon le ministère de la Santé, 20 % des patients n’utilisent pas assez leur appareil, ce qui représenterait une dépense « non justifiée » de près de 80 millions d’euros par an. « La durée et la régularité d’utilisation de la PPC conditionnent son efficacité. La non-observance est donc problématique, tant en termes de santé publique qu’au regard de la mobilisation de la couverture financière allouée à ce poste de dépenses », justifie l’assurance-maladie. Un recours contre l’arrêté a été déposé devant le Conseil d’État par le think tank Coopération patients, coprésidé par Christian Saout. Selon lui, « la loi n’autorise pas la modulation du remboursement voire le déremboursement en fonction du comportement du patient, l’assurance-maladie conditionnelle n’a pas de base légale ». S’interrogeant sur le risque qu’un tel système de surveillance soit utilisé demain sur d’autres pathologies, il estime que « le manque d’observance est sans doute extrêmement coûteux, mais que, pour autant, la réponse n’est pas la surveillance, c’est l’éducation des patients ».

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Sénat

Le budget de la Sécu examiné au Sénat

Les sénateurs entament l'examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2019. Ils devront notamment se prononcer sur des amendements relatifs à la transmission des numéros RPPS et à l'encadrement de la... Commenter

Partenaires