Les greffés du rein réclament le remboursement d’un médicament antirejet

Les greffés du rein réclament le remboursement d’un médicament antirejet

Jacques Gravier
| 03.12.2013
  • Les greffés du rein réclament le remboursement d’un médicament antirejet - 1

Les deux principales associations de greffés du rein réclament le remboursement d’un médicament antirejet, le belatacept, qui prolonge la durée de vie des greffons et ferait faire d’importantes économies à la Sécurité sociale. Dans une lettre ouverte remise mardi à la ministre de la Santé, Marisol Touraine, les associations de malades du rein Renaloo et FNAIR demandent « d’autoriser sans délai la prise en charge de ce traitement » et « de mettre fin à cette situation injuste », à savoir le refus « d’inscrire le belatacept sur la liste des médicaments hospitaliers pris en charge directement par l’Assurance-maladie ». Le belatacept, commercialisé sous le nom de Nulojix par Bristol-Myers Squibb (BMS), « améliore singulièrement le pronostic et aussi la qualité de vie des patients concernés », affirment les associations. D’après une étude, ce traitement antirejet, à prendre une fois par mois sous forme d’injection à l’hôpital, améliore de 15 à 30 % le fonctionnement des reins greffés par rapport aux ICN et « permettrait un allongement de la survie des greffons rénaux d’environ deux ans ». Il coûte plus cher, d’environ 3 000 euros par an, mais grâce à l’allongement à 15 ans en moyenne de la durée de vie des reins transplantés (13 ans en moyenne avec les ICN), il ferait gagner, in fine, à la Sécurité sociale environ 70 000 euros par patient, selon les associations.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Etudiants

PACES : redoublement interdit dans certaines facs

En 2018, plusieurs universités, notamment en Ile-de-France, mettront en place à titre expérimental une première année commune aux études de santé (PACES) qui n’autorisera pas le redoublement. Dans les universités de Paris V, VI... 2

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.