Le Nobel de médecine à deux Américains et un Allemand

Le Nobel de médecine à deux Américains et un Allemand

07.10.2013
  • Le Nobel de médecine à deux Américains et un Allemand - 1
  • Le Nobel de médecine à deux Américains et un Allemand - 2

Le prix Nobel de médecine 2013 a été décerné lundi aux Américains Randy Schekman et James Rothman et à l’Allemand Thomas Südhof, pour leurs recherches sur les transports intracellulaires, utiles pour certains traitements. Le trio a été récompensé pour ses découvertes sur ce système de transport à l’intérieur de la cellule, pour que « les molécules soient transportées à la bonne place dans la cellule au bon moment », selon le comité Nobel. Leurs découvertes ont montré comment certaines maladies peuvent être déclenchées lorsque l’état des vésicules se dégrade, a déclaré le Comité Nobel. Elles permettent d’apporter des réponses à des troubles neurologiques et immunologiques tel que le diabète.

Les trois chercheurs travaillent dans des universités américaines. M. Schekman, 64 ans, a obtenu son doctorat à Stanford, et fait sa carrière à l’université de Californie à Berkeley. Le comité Nobel a indiqué qu’il avait « découvert un ensemble de gènes qui sont nécessaires au trafic des vésicules ». Il est le pionnier des trois, quand dans les années 1970, fasciné par cette mécanique ultra-précise, il s’est lancé dans la recherche génétique à partir de levures. M. Rothman, né en 1950, a obtenu son doctorat à Harvard, puis est passé par le Massachusetts Institute of Technology et l’université californienne de Stanford. Depuis 2008, il est retourné sur la côte Est, à Yale. Il a « démêlé le mécanisme des protéines qui permet aux vésicules de fusionner avec leurs cibles pour permettre le transfert de leur chargement ». Dans les années 1980, en s’intéressant aux mammifères, il a établi avec M. Schekman la carte de « composants critiques de la machinerie de transport de la cellule ». M. Südhof, 58 ans, a obtenu son doctorat à l’université de Göttingen. Il est aux États-Unis depuis 1983, et à Stanford depuis 2008. Il « a révélé comment les signaux donnent aux vésicules les instructions pour qu’elles libèrent leur chargement avec précision ». Dans les années 1990, il s’est penché sur la « précision temporelle » des cellules, pour lesquelles « tout est dans le timing », d’après le comité Nobel. Selon le jury du prix Kavli, qu’il a reçu en 2010, il travaille particulièrement sur l’autisme, la schizophrénie et la maladie d’Alzheimer.

Quotipharm.com, le 07/10/2013
Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires