400 000 pharmaciens concernés - Les ruptures de stock affectent l’Europe entière

400 000 pharmaciens concernésLes ruptures de stock affectent l’Europe entière

23.05.2013

Excédés par le nombre toujours croissant de ruptures de stock dans leurs officines, les pharmaciens européens appellent l’Union européenne, les gouvernements des États membres et l’ensemble des partenaires de la chaîne du médicament à mettre en place des mesures concrètes pour réduire ce phénomène.

  • Les officinaux européens réclament des mesures concrètes




medicament comprime cachet gellule

DANS LE CADRE d’une rencontre au Parlement européen sur les problèmes d’accès aux médicaments en Europe (voir encadré), le Groupement pharmaceutique de l’Union européenne (GPEU), qui représente les intérêts des 400 000 officinaux européens auprès des institutions de l’UE, a présenté un rapport alarmant sur les ruptures de stock dans les pharmacies du continent. Ainsi, par exemple, les pharmacies britanniques, particulièrement touchées, enregistrent un million de ruptures de stock par an....

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires