Que risque-t-on ?

Que risque-t-on ?

09.07.2012

« En cas de difficulté de substitution, une procédure graduelle à l’attention du pharmacien a été élaborée par la CNAMTS », rappelle l’Union nationale des pharmacies de France (UNPF). Dans les faits, le « mauvais substitueur » recevra successivement un appel téléphonique, puis un courrier, une lettre recommandée, une convocation en commission paritaire locale et enfin, des rejets de facture. « Mais en aucun cas des rejets de lots de factures systématisés, envoyés d’officine et ne...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
besset

« Continuez à substituer, même en cas d'égalité des prix ! »

Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), appelle les confrères à continuer la substitution, même en cas d'alignement des prix du princeps sur les génériques, « pour la survie de... 7

Partenaires