Le NS pas si fréquent, selon la CNAM

Le NS pas si fréquent, selon la CNAM

11.06.2012

POUR AVOIR une idée précise du phénomène du « Non substituable » (NS) - et en déduire si oui ou non le recul du taux de substitution était lié à une montée du NS -, la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM) a lancé une vaste enquête dans une centaine de caisses primaires. Au total, 12 000 ordonnances délivrées dans plus de 8 000 officines réparties sur la quasi-totalité du territoire ont été passées à la loupe. Résultat, « le taux de mention « non substituable » à la ligne de produit...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires