Le NS pas si fréquent, selon la CNAM

Le NS pas si fréquent, selon la CNAM

11.06.2012

POUR AVOIR une idée précise du phénomène du « Non substituable » (NS) - et en déduire si oui ou non le recul du taux de substitution était lié à une montée du NS -, la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM) a lancé une vaste enquête dans une centaine de caisses primaires. Au total, 12 000 ordonnances délivrées dans plus de 8 000 officines réparties sur la quasi-totalité du territoire ont été passées à la loupe. Résultat, « le taux de mention « non substituable » à la ligne de produit...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
pharmacien

Intervention pharmaceutique : les modalités se précisent

Les syndicats et l’assurance-maladie ont commencé hier leurs discussions sur les modalités de mise en œuvre de l’intervention pharmaceutique. Le marathon a commencé : il devrait aboutir à la signature de l’avenant 20 d’ici à la... 4

Partenaires