PRESIDENTIELLE 2012 - Un entretien avec la présidente du Front national - Marine Le Pen : pour une délivrance à l’unité

PRESIDENTIELLE 2012 - Un entretien avec la présidente du Front nationalMarine Le Pen : pour une délivrance à l’unité

15.03.2012

Après François Bayrou (notre précédente édition), c’est au tour de Marine Le Pen de répondre aux questions du « Quotidien ». La présidente du Front national défend la rémunération à l’honoraire et explique son projet de délivrance unitaire du médicament. Elle se déclare favorable à la suppression des conditionnements trimestriels et à la limitation des remises sur les génériques. Face aux déserts médicaux, elle souhaite étendre le dispositif de pharmacien correspondant.

  • " La rémunération actuelle des pharmaciens ne convient plus »
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN. - Quelle doit être, selon vous, la place du pharmacien dans le système de santé français ?

MARINE LE PEN. - De par sa disponibilité avec ses grandes amplitudes d’horaires d’ouverture et la tenue des gardes, sa proximité avec le maillage territorial serré assuré par les 22 416 pharmacies, le pharmacien assure sa mission fondamentale : dispenser les médicaments et, à ce titre, analyser et contrôler les ordonnances tout en apportant un conseil approprié au patient....

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
picto

Pictogramme grossesse : une fausse bonne idée à réviser

L’apposition de pictogrammes « médicament et grossesse » est une intention louable, mais la coexistence de deux pictogrammes, présents sur 60 à 70 % des médicaments, est une source d’inquiétude parfois infondée pour les patientes... Commenter

Partenaires