Une réponse libérale à la crise économique - Mario Monti, l’homme qui ouvre les pharmacies à la concurrence

Une réponse libérale à la crise économiqueMario Monti, l’homme qui ouvre les pharmacies à la concurrence

15.12.2011

La décision du nouveau président du Conseil italien, Mario Monti, de libéraliser le fonctionnement des pharmacies et d’en réduire largement le monopole (voir notre édition du 8 décembre) s’inscrit dans la droite ligne des idées qu’il défendait lorsqu’il était Commissaire européen au marché intérieur, de 1995 à 1999, puis à la concurrence jusqu’en 2004. La situation italienne actuelle témoigne-t-elle de ce qu’aurait été l’Europe pharmaceutique s’il avait mené sa politique européenne jusqu’au bout ?

  • Mario Monti (à droite) en compagnie de la chancelière Merkel et du président Sarkozy

LE GROUPEMENT pharmaceutique de l’Union européenne (GPEU) qui représente, à Bruxelles, les pharmaciens européens auprès des institutions de l’UE, n’a pas attendu pour réagir vivement aux projets de « Super Mario », comme le surnommaient autrefois les fonctionnaires de la Commission. John Chave, secrétaire général du GPEU, estime que la « déréglementation » italienne est « inutile, contreproductive et dangereuse ». Il critique en particulier la décision de M. Monti d’autoriser les...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
maillage

À la Une Moins d'officines, mais un réseau plus fort Abonné

En dépit d’une perte record du nombre de pharmacies en 2018, c’est un maillage officinal en pleine consolidation et bénéficiant de l’émergence d’une nouvelle génération de titulaires qui apparaît aux détours des statistiques publiées par l'Ordre national des pharmaciens. Commenter

Partenaires