Réforme de la marge des grossistes - La répartition s’explique

Réforme de la marge des grossistesLa répartition s’explique

08.12.2011

À compter du 1er janvier 2012, une nouvelle marge grossistes entrera en vigueur. La marge dégressive lissée à quatre taux laissera la place à un taux fixe de 6,68 % pour les spécialités dont le prix est compris entre 3 et 450 euros. Un nouveau dispositif qui, selon les syndicats d’officinaux, pénalisera les pharmaciens (voir notre édition du 1er décembre). Pas obligatoirement, explique au « Quotidien » le secrétaire général de la Chambre syndicale de la répartition pharmaceutique (CSRP), Emmanuel Déchin.

  • Emmanuel Dechin
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN. – Quels sont les objectifs de la nouvelle marge des grossistes-répartiteurs négociée avec les pouvoirs publics ?

EMMANUEL DECHIN. – Il y avait deux objectifs. D’abord, que l’évolution de la marge s’effectue à enveloppe constante. Ensuite, que le nouveau dispositif corrige les défauts du système actuel, c’est-à-dire le niveau de la rémunération des produits peu chers et, à l’opposé, celui des produits onéreux, ainsi que la trop forte dégressivité de la marge. En...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Téléconsultation : bientôt sur vos écrans Abonné

Une démarche inédite pour la profession. À la suite des médecins, les pharmaciens pourront désormais proposer une téléconsultation à leurs patients. Un avenant conventionnel fixe depuis le 6 décembre les conditions d’exercice de ce nouveau service à l’officine. Commenter

Partenaires