Déchets d’activités de soins à risques infectieux - La collecte en panne

Déchets d’activités de soins à risques infectieuxLa collecte en panne

28.11.2011

Le dispositif de collecte des Déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI) perforants produits par les patients en autotraitement devait être opérationnel le 1er novembre. Mais, faute d’accord sur son financement, sa mise en place est retardée et les pharmaciens pourraient en être finalement exclus.

« JE SUIS très irrité par le dossier des DASRI, lance Gérard Raymond, président de l’Association française des diabétiques (AFD). En 2007, un texte de loi devait tout régler en six mois, or, cinq ans plus tard, rien n’est réglé ! » s’insurge-t-il. Pire encore, le brouillard s’épaissit autour de la récupération de ces déchets très particuliers. En effet, depuis le 1er novembre, un éco-organisme aurait dû se charger de l’organisation de la collecte. En théorie, les pharmaciens sont obligés,...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
coopérative

À la Une Les secrets du succès du modèle coopératif Abonné

Mis durement à l’épreuve au cours des deux dernières décennies, les différents acteurs de la chaîne du médicament semblent résister lorsqu’ils sont organisés sous forme de coopérative. En témoigne la longévité du groupe Astera, à la fois propriétaire de la CERP Rouen, deuxième grossiste-répartiteur français, et du groupement « Les pharmaciens associés », qui fête ses 100 ans cette année. Son... Commenter

Partenaires