Officines à deux vitesses - Polémique en Allemagne sur les « pharmacies light »

Officines à deux vitessesPolémique en Allemagne sur les « pharmacies light »

24.11.2011

Toutes les pharmacies doivent-elles offrir les mêmes services et les mêmes prestations à leurs clients, ou peut-on autoriser la création de pharmacies secondaires, qui se contenteraient de délivrer les médicaments les plus courants ? La question agite la profession depuis plusieurs mois, mais les représentants officiels des pharmaciens rejettent catégoriquement ce qu’ils appellent avec mépris des « pharmacies light ».

LA POLÉMIQUE est née d’une réforme du code d’exercice professionnel des pharmaciens, texte juridique qui fixe très précisément les compétences, les attributions et les missions des pharmacies, et dont la version actuelle date de 1995. Depuis, beaucoup de choses ont changé dans le monde de la pharmacie, ce qui a poussé le ministère allemand de la Santé à préparer une refonte du code, en concertation avec la profession. Le ministère souhaite que les filiales de pharmacies, autorisées depuis...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Téléconsultation : bientôt sur vos écrans Abonné

Une démarche inédite pour la profession. À la suite des médecins, les pharmaciens pourront désormais proposer une téléconsultation à leurs patients. Un avenant conventionnel fixe depuis le 6 décembre les conditions d’exercice de ce nouveau service à l’officine. Commenter

Partenaires