Histoire de la pharmacie - Jacques-François Demachy (1728-1803), le persifleur des apothicaires

Histoire de la pharmacieJacques-François Demachy (1728-1803), le persifleur des apothicaires

21.11.2011

La vipère, ça connaît nos ancêtres les apothicaires. Certains utilisaient sa chair, « le principal fondement de la thériaque » d’après le dictionnaire de Furetière, d’autres son sang. Au sujet de l’apothicaire Jacques-François Demachy, c’est autre chose. Il fut ce qu’on appelle une « langue de vipère ».

  • Portrait de Jacques-François Demachy, salle des Actes, faculté de médecine de Paris

NOMBREUX sont les articles scientifiques à la lecture desquels on découvre un pharmacien certes doué mais doublé d’un caractère égocentrique et jaloux, n’hésitant pas à écrire pamphlets et des satires sur ses confrères. Paul Dorveaux dira qu’un seul de ses ouvrages, « L’art du distillateur d’eaux-fortes » (1773), mérite d’être tiré de l’oubli. Et Léo-Gabriel Toraude, le célèbre pharmacien-historien qui écrivit les biographies de tous les plus grands de la profession, s’exprima sur Demachy...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
OTC

À la Une L'automédication à la recherche d'un second souffle Abonné

Marché en berne, définition floue, voire négative, défiance des usagers, concurrence de produits sans AMM et hors monopole : l'automédication semble en mauvaise posture. Pourtant, des nouvelles stratégies industrielles et commerciales laissent espérer un sursaut à ce segment qui doit encore trouver sa place dans le parcours de soins. 2

Partenaires