Une enquête IPSOS/Pierre Fabre/Le Quotidien - La loi HPST reste mal connue

Une enquête IPSOS/Pierre Fabre/Le QuotidienLa loi HPST reste mal connue

17.11.2011

Deux ans après sa promulgation, la loi HPST est encore très mal connue par les pharmaciens, qui sont cependant majoritairement prêts à s’investir dans les nouvelles missions qu’elle leur autorise. C’est ce que révèle une enquête menée par l’institut de sondage IPSOS pour le Laboratoire Pierre Fabre, en partenariat avec le « Quotidien du pharmacien ».

  • Jacques Fabre, directeur général des Laboratoires Pierre Fabre

DEUX TIERS des titulaires se déclarent peu ou pas informés sur la loi HPST et seulement 22 % d’entre eux pensent connaître ses implications pour l’officine. C’est ce que montre une enquête IPSOS analysant 863 questionnaires, récoltés auprès de titulaires d’officine du 13 janvier au 15 mars 2011. Malgré cette méconnaissance, 64 % des titulaires considèrent que la loi HPST va modifier leur rôle. À juste titre, puisqu’elle leur ouvre de nouveaux champs d’action, comme la participation aux...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Etudiants

PACES : redoublement interdit dans certaines facs

En 2018, plusieurs universités, notamment en Ile-de-France, mettront en place à titre expérimental une première année commune aux études de santé (PACES) qui n’autorisera pas le redoublement. Dans les universités de Paris V, VI... 2

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.