TOURISME - Madagascar - L’arche de Noé de l’océan Indien

TOURISME - MadagascarL’arche de Noé de l’océan Indien

19.09.2011

Son nom aux syllabes colorées évoque tous les clichés de l’exotisme et la langueur des plages balayées par les alizés. Voyage dans un morceau d’Afrique perdu dans l’océan Indien.

  • Les baobabs de la région de Morondava
  • Antsirana, anciennement Diego Suarez
  • La réserve du tsingy de Bemaraha, inscrite au patrimoine de l'UNESCO
  • Le Lemur catta, ou maki, qu'on ne trouve qu'à Madagascar
  • Village de tisserands, dans la région d'Antatanarivo
  • La rivière Tsiribihina
  • Le caméléon panthère (Furcifer pardalis)

MADAGASCAR s’est coupée du reste du monde voici 80 millions d’années. Champ clos où l’évolution a pu s’engager dans des voies originales, l’île semble collectionner les bizarreries du monde vivant. Leur inventaire tient du « Livre des records ». Il y a plus d’une cinquantaine d’espèces de caméléons. Ils gardent un œil sur le passé et l’autre sur l’avenir. Leur capacité à changer de couleur était un signe de stress. Ils l’ont perdue en s’habituant à l’homme. La Grande Île abrite à elle...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires