L’IGAS propose une alternative - Le pharmacien correspondant a du plomb dans l’aile

L’IGAS propose une alternativeLe pharmacien correspondant a du plomb dans l’aile

11.07.2011

Dans son rapport remis il y a quelques jours au ministre de la Santé, l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) qualifie de « lourd » le processus de mise en œuvre du pharmacien correspondant. Tant et si bien que les rapporteurs proposent de le remplacer par une démarche alternative qui permettrait aux officinaux de renouveler les prescriptions après un bilan pharmaceutique.

  • Le statut de correspondant déplaît fortement aux médecins

PRÉSENTÉ comme l’un des mesures phares pour la profession de la loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST), le pharmacien correspondant aurait-il aujourd’hui du plomb dans l’aile ? Peut-être bien, à en croire les conclusions du rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) sur l’évolution de la rémunération, des missions et du réseau. « Cette procédure est particulièrement lourde pour les diverses parties prenantes, écrivent les auteurs. La responsabilité d’établir...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Téléconsultation : bientôt sur vos écrans Abonné

Une démarche inédite pour la profession. À la suite des médecins, les pharmaciens pourront désormais proposer une téléconsultation à leurs patients. Un avenant conventionnel fixe depuis le 6 décembre les conditions d’exercice de ce nouveau service à l’officine. Commenter

Partenaires