Un entretien avec Patrick Fallet, professeur de droit pharmaceutique à l’université Paris Sud - Les risques encourus

Un entretien avec Patrick Fallet, professeur de droit pharmaceutique à l’université Paris SudLes risques encourus

12.05.2011
L’étude réalisée par Smart Pharma Consulting montre que, sans toujours le savoir, les pharmaciens substituent parfois des médicaments alors qu’ils n’en n’ont pas le droit. Que risquent-ils en principe ?

Les dispositions du code de la propriété intellectuelle (art. L.716-10) prévoient des sanctions particulièrement lourdes dans le cas du professionnel qui a livré sciemment un produit autre que celui qui est demandé sous une marque enregistrée. Ces sanctions viennent d’être augmentées par la...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires