Ruptures d’approvisionnement en médicaments - L’USPO mène l’enquête et crée un observatoire

Ruptures d’approvisionnement en médicamentsL’USPO mène l’enquête et crée un observatoire

28.03.2011

Les ruptures d’approvisionnement en médicaments se multiplient à l’officine. Pour mesurer l’ampleur du phénomène, l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) a lancé une enquête sur son site Internet, dont les résultats sont présentés aujourd’hui à Pharmagora*. Entre le 7 février et le 11 mars, plus de 1 150 titulaires ont répondu au questionnaire en ligne. Analyse et commentaire.

  • L’USPO mène l’enquête et crée un observatoire - 1
  • L’USPO mène l’enquête et crée un observatoire - 2
  • L’USPO mène l’enquête et crée un observatoire - 3
  • L’USPO mène l’enquête et crée un observatoire - 4

LA RUPTURE d’approvisionnement en médicaments semble devenir monnaie courante dans les pharmacies. En effet, près de 9 titulaires sur 10 ayant répondu à l’enquête menée par l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) affirment avoir constaté une montée en puissance de ce phénomène. Et les épisodes de ruptures sont fréquents, puisque 75 % des officinaux déclarent y être confrontés au moins une fois par semaine. Avec des conséquences pour les patients dans plus de 9 fois sur 10....

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires