Risque nucléaire en France - En cas d’alerte, les officinaux seraient en première ligne

Risque nucléaire en France En cas d’alerte, les officinaux seraient en première ligne

17.03.2011

Les événements survenus ces derniers jours au Japon relancent le débat sur la production à risques de l’énergie nucléaire. En France, des dispositifs d’urgence sont prévus pour les habitants des zones exposées, avec le concours des officines. Mais qu’en serait-il en cas de contamination plus vaste du territoire ?

  • À Fessenheim, comme dans les 18 autres centrales de l’hexagone, la vigilance est de mise

LES ACCIDENTS nucléaires survenus au Japon font ressurgir les angoisses et les débats suscités lors de la tragédie de Tchernobyl, en Ukraine, en avril 1986. Outre les répercussions liées à la propagation de particules radioactives, notre pays est exposé aux risques générés par ses propres sites de production. La France dispose en effet du deuxième parc nucléaire au monde, avec 19 centrales (58 réacteurs), dont la plupart ont été mises en service dans les années 1980. Si les accidents...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
rétrocession

À la Une Rétrocession : les groupements veulent rebattre les cartes Abonné

Le répit aura été de courte durée. Un peu plus d’un an après leur charge contre les pratiques commerciales des laboratoires, les groupements reviennent en force. Six d’entre eux viennent de créer le C6, une association dont l’objectif est de rendre les centrales d’achats incontournables dans les négociations avec les fournisseurs. Ces méthodes ne parviennent cependant pas à convaincre une partie... Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.