Risque nucléaire en France - En cas d’alerte, les officinaux seraient en première ligne

Risque nucléaire en France En cas d’alerte, les officinaux seraient en première ligne

17.03.2011

Les événements survenus ces derniers jours au Japon relancent le débat sur la production à risques de l’énergie nucléaire. En France, des dispositifs d’urgence sont prévus pour les habitants des zones exposées, avec le concours des officines. Mais qu’en serait-il en cas de contamination plus vaste du territoire ?

  • À Fessenheim, comme dans les 18 autres centrales de l’hexagone, la vigilance est de mise

LES ACCIDENTS nucléaires survenus au Japon font ressurgir les angoisses et les débats suscités lors de la tragédie de Tchernobyl, en Ukraine, en avril 1986. Outre les répercussions liées à la propagation de particules radioactives, notre pays est exposé aux risques générés par ses propres sites de production. La France dispose en effet du deuxième parc nucléaire au monde, avec 19 centrales (58 réacteurs), dont la plupart ont été mises en service dans les années 1980. Si les accidents...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Partenaires