IDEES - Humain et non-humain - Pour une morale écologique

IDEES - Humain et non-humainPour une morale écologique

14.02.2011

La morale peut-elle rencontrer l’écologie de manière féconde ? Le discours de cette dernière n’en reste-t-il pas à « C’est mal de polluer » ? En repensant cette articulation, Émilie Hache, philosophe, maître de conférences à l’université Paris-Ouest-Nanterre, définit les conditions de possibilité pour que vivent ensemble l’humain et le non-humain.

  • Pour une morale écologique - 1

IL NE S’AGIT pas, nous est-il dit clairement au début de ce livre très dense, de faire de l’écologie « un nouvel objet » d’études, d’étendre la morale à la nature. Ceci reviendrait au discours moralisateur habituel : nous habitons la planète, nous devons la respecter, ses richesses ne sont pas inépuisables, il faut préserver les générations futures.

Pour Émilie Hache, l’un des temps forts est l’effacement de tout distinguo entre humains et non-humains. De fait, nous avons affaire à...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires