Le retour à l’ordre sera lent - Tunisie : le contre-choc

Le retour à l’ordre sera lentTunisie : le contre-choc

24.01.2011

Le rejet, par les Tunisiens, d’un gouvernement issu du parti de Ben Ali est légitime. Comme ils le disent fort bien, la dictature doit disparaître après la disparition du dictateur. La démission du même parti des ministres qui en sont issus n’est donc qu’un changement de chemise. En se maintenant au pouvoir, l’équipe dirigeante actuelle s’est déjà créé une opposition, notamment dans les rangs syndicaux.

UNE FOIS QUE SERA PASSÉ le moment du lyrisme révolutionnaire, il faudra bien que la Tunisie retourne à ses activités si elle veut maintenir son niveau de vie. Les manifestants ne veulent pas plus céder au chantage économique qu’ils n’ont cédé à l’alibi de la croissance brandi, il y a quelques jours encore, par le despote. Il n’empêche que, en se prolongeant, la crise tunisienne favorise l’émergence de nouveaux dangers. L’exigence de liberté absolue, fort compréhensible, conduit néanmoins...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Buzin

À la Une Agnès Buzyn, le nouveau visage de la Santé Abonné

Nommée ministre des Solidarités et de la Santé à la surprise de tous, le Pr Agnès Buzyn fait quasiment l’unanimité parmi les professionnels de santé. Hématologue de renom, ancienne présidente de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, puis de l’Institut national du cancer et de la Haute Autorité de santé (HAS), elle succède à Marisol Touraine, celle-là même qui l’a nommée à la tête... Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.