Histoire de la pharmacie - L’Antre Magique de Nicolas Lémery (1645-1715)

Histoire de la pharmacieL’Antre Magique de Nicolas Lémery (1645-1715)

20.01.2011

À l’heure où le château de Versailles expose les sciences et les curiosités à la cour à travers les œuvres et les instruments des anciennes collections royales, comment ne pas évoquer les apothicaires du roi et les démonstrateurs en chimie du Jardin du Roi qui, tout au long du XVIIe siècle, tentèrent de faire évoluer les sciences pharmaceutiques ? Un des plus renommés en son temps fut le Grand Lémery.

  • Nicolas Lémery
  • Cours de chymie, édition 1756

LE PARCOURS de Nicolas Lémery ressemble singulièrement à celui de Moyse Charas*, de vingt-cinq ans son aîné. Tous deux étudièrent à Montpellier et montèrent à Paris pour créer leur officine. Tous deux se rendirent célèbres par leurs démonstrations de chimie au Jardin du Roi. Tous deux, protestants, durent fuir la capitale pour l’Angleterre, juste avant la révocation de l’édit de Nantes. Enfin, tous deux privilégièrent l’expérience à la théorie et un langage simple à celui, abscons, des...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires