Une consœur sauve un patient en Picardie - Mieux reconnaître l'urgence à l'officine

Une consœur sauve un patient en PicardieMieux reconnaître l'urgence à l'officine

Jacques Gravend
| 10.10.2019

Saint-Valery-sur-Somme un samedi après-midi. Un homme se présente à la pharmacie. Il a été piqué par une guêpe et souffre de la main. Mais des symptômes plus inquiétants font craindre un choc anaphylactique. La réaction rapide de la pharmacienne a sûrement sauvé le patient.

  • Davoust

Il est environ 17 heures, ce samedi 5 octobre, quand un homme entre dans la pharmacie de Saint-Valery-sur-Somme (Somme). Noémie Davoust, pharmacienne adjointe, le reçoit et voit une main très gonflée. L'homme dit avoir été piqué par une guêpe à son travail, au Crotoy, l'autre port de la baie de Somme. La douleur l'a gagné en rentrant à son domicile, et il s'est détourné de sa route pour s'arrêter à la pharmacie de Saint-Valery.

Pour Noémie Davoust, il y a peu de doute. «...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires