Dafalgan Codéine - Les dessous d'une générication

Dafalgan CodéineLes dessous d'une générication

Mélanie Maziere
| 16.09.2019

C’est à la suite d’une demande d’autorisation de mise sur le marché (AMM) pour un générique de Mylan – et à son octroi par l’ANSM le 25 avril dernier – que Dafalgan Codéine se retrouve désormais au répertoire des génériques. Un coup dur pour UPSA.

  • dafalgan

L’AMM de Dafalgan Codéine (paracétamol + codéine) comprimé pelliculé, dont UPSA est le titulaire, date du 21 février 1990. La protection du brevet est donc tombée depuis fort longtemps. Mais jusqu’alors, aucune demande d’AMM pour un générique n’avait été octroyée. Ce n’est plus le cas depuis le 25 avril dernier, la spécialité générique Damalgo 500 mg/30 mg comprimé de Mylan ayant décroché le précieux sésame. Comme le prévoit la législation, l’Agence nationale de...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires