Pour le président de « Pharm’addict » - « Avoir de la Naloxone à l’officine, c’est sauver des vies »

Pour le président de « Pharm’addict »« Avoir de la Naloxone à l’officine, c’est sauver des vies »

Denis Durand de Bousingen
| 02.09.2019

Disponible en officine depuis quelques mois, la Naloxone est le principal antagoniste des opioïdes, et peut sauver la vie des patients ayant fait une overdose si elle leur est administrée rapidement. Pourtant, constate Stéphane Robinet, pharmacien et président de « Pharm’addict » exerçant au sein de plusieurs CSAPA (1), les officinaux sont encore mal informés et trop peu nombreux à en commander, alors que sa diffusion constitue, selon lui, une véritable « mission de santé publique » pour la profession.

Longtemps onéreuse et réservée aux hôpitaux et aux CSAPA, la Naloxone peut désormais être achetée sans ordonnance en pharmacie. Si elle est prescrite, elle est remboursable à 70 %. Produite par les laboratoires Éthypharm, son prix d’achat est de 19 euros, pour un prix de vente de 23,16 euros. Le produit n’est toujours pas référencé par les grossistes, mais les pharmaciens peuvent le commander directement auprès du CSP (Centre Spécialités Pharmaceutiques).

Si les...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires