Les ruptures de stock touchent toute l'Europe - Des recommandations… et après ?

Les ruptures de stock touchent toute l'EuropeDes recommandations… et après ?

Denis Durand de Bousingen
| 20.05.2019

Les pharmaciens d’officine européens perdent en moyenne 5,6 heures par semaine à gérer des problèmes de ruptures de stock, selon une enquête publiée le 14 mai par le Groupement pharmaceutique de l’Union européenne (GPUE) à laquelle ont participé 21 de ses 31 États membres, dont la France.

  • ruptures de stocks

Même si le temps passé à gérer le problème a, en moyenne, légèrement diminué en 2018 par rapport à 2017 et 2016, le phénomène des ruptures de stock a continué à s’aggraver en 2018, avec notamment une forte progression des ruptures allant de deux à cinq jours malgré, maigre consolation, une baisse sensible des ruptures supérieures à 6 mois.

« Depuis quelques années, le remplacement des médicaments en rupture de stock est malheureusement devenu une activité quotidienne...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
montage

À la Une Indus : bientôt la fin d’une injustice ? Abonné

Les actions de récupération d’indus par l’assurance-maladie sont une véritable plaie pour l’économie officinale. Elles suscitent, de plus, un profond sentiment d’injustice chez les pharmaciens. Les syndicats, qui ne cessent de dénoncer ces pratiques, viennent d’obtenir quelques satisfactions auprès de l’assurance-maladie. Commenter

Partenaires