Conflit entre les caisses et les pharmaciens en Auvergne-Rhône-Alpes - L'USPO suspend sa participation aux instances paritaires

Conflit entre les caisses et les pharmaciens en Auvergne-Rhône-AlpesL'USPO suspend sa participation aux instances paritaires

Anne-Gaëlle Moulun
| 11.03.2019

En raison du harcèlement des caisses primaires d’assurance maladie envers les pharmaciens dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, les pharmaciens USPO ont décidé de suspendre leur participation à toutes les instances paritaires.

  • assurance maladie

« Les caisses primaires d’assurance maladie d’Auvergne-Rhône-Alpes ont effectué de nombreux contrôles, notamment sur des dispensations de bandelettes d’autosurveillance glycémique chez des patients non-insulinodépendants. Ces bandelettes sont remboursées à hauteur de 200 par an, mais les pharmaciens n’ont pas les moyens de savoir si le patient en a acheté davantage ! Il avait été conclu que les indus ne devaient pas être réclamés aux pharmaciens, mais aux patients. Or les caisses...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
PACES

À la Une Études de santé : la réforme décryptée Abonné

À la rentrée 2020, le numerus clausus ne sera plus. Pour adapter les compétences aux besoins actuels du système de santé, notamment, la PACES cédera sa place à deux parcours qui doivent également permettre à des profils plus diversifiés d'avoir accès aux études de santé. Si les syndicats étudiants saluent l'intention, ils appellent désormais les universités à jouer le jeu jusqu'au bout. Commenter

Partenaires