Histoire de la pharmacie - Une exposition sur les poisons qui nous guérissent

Histoire de la pharmacieUne exposition sur les poisons qui nous guérissent

Julie Chaizemartin
| 24.01.2019

Jusqu’en août 2019, le Palais de la Découverte dédie une grande partie de son espace à son exposition sobrement intitulée Poison. Et tout à coup, ce qui tue n’est plus un fantasme ou un mythe, mais une réalité. Trente espèces bien vivantes, animales, végétales et minérales sont exposées dans un parcours passionnant de 7 à 77 ans.

  • poisons
  • poisons
  • poisons

Évidemment, ce qui nous tue est aussi ce qui nous guérit. Le premier à l’avoir dit est Paracelse, et au milieu des terrariums du Palais de la Découverte, entre la veuve noire et le cobra royal, on se surprend à être à la fois fasciné et complètement terrifié. Les trente espèces parmi les plus dangereuses du monde sont réunies ici - une première en France - chacune à sa manière pouvant être une promesse de notre futur thérapeutique.

Car la recherche pharmaceutique et médicale a...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires