Histoire de la pharmacie - Une exposition sur les poisons qui nous guérissent

Histoire de la pharmacieUne exposition sur les poisons qui nous guérissent

Julie Chaizemartin
| 24.01.2019

Jusqu’en août 2019, le Palais de la Découverte dédie une grande partie de son espace à son exposition sobrement intitulée Poison. Et tout à coup, ce qui tue n’est plus un fantasme ou un mythe, mais une réalité. Trente espèces bien vivantes, animales, végétales et minérales sont exposées dans un parcours passionnant de 7 à 77 ans.

  • poisons
  • poisons
  • poisons

Évidemment, ce qui nous tue est aussi ce qui nous guérit. Le premier à l’avoir dit est Paracelse, et au milieu des terrariums du Palais de la Découverte, entre la veuve noire et le cobra royal, on se surprend à être à la fois fasciné et complètement terrifié. Les trente espèces parmi les plus dangereuses du monde sont réunies ici - une première en France - chacune à sa manière pouvant être une promesse de notre futur thérapeutique.

Car la recherche pharmaceutique et médicale a...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires