Les prix littéraires - Aux marges de la société

Les prix littérairesAux marges de la société

Martine Freneuil
| 03.12.2018

Le prix Goncourt à Nicolas Mathieu pour « Leurs enfants après eux », le Médicis à Pierre Guyotat pour « Idiotie », le Femina à Philippe Lançon pour « le Lambeau », le Renaudot à Valérie Manteau pour « le Sillon », le prix de l’Académie française à Camille Pascal pour « l’Été des quatre rois » : le plein de livres est assuré pour l’hiver !

  • Livres-Nicolas Mathieu
  • Livres-Guyotat

« Vers l’âge de 14 ans, je savais que je voulais être écrivain mais j’ai mis très longtemps à y parvenir. Parce que ce chemin de l’écriture, je l’ai fait tout seul, et ça a été long et douloureux ». Nicolas Mathieu, prix Goncourt pour son deuxième roman, « Leurs enfants après eux » (Actes Sud), est encore tourné vers ces temps de « vache enragée », qu’il a bouffée, dit-il, jusqu’à ses 35 ans (il en a 40), jusqu’à la publication d’« Aux animaux la guerre...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
PACES

À la Une Études de santé : la réforme décryptée Abonné

À la rentrée 2020, le numerus clausus ne sera plus. Pour adapter les compétences aux besoins actuels du système de santé, notamment, la PACES cédera sa place à deux parcours qui doivent également permettre à des profils plus diversifiés d'avoir accès aux études de santé. Si les syndicats étudiants saluent l'intention, ils appellent désormais les universités à jouer le jeu jusqu'au bout. Commenter

Partenaires