Histoire de la pharmacie - Baugé-en-Anjou, nouveau foyer pour le patrimoine pharmaceutique

Histoire de la pharmacieBaugé-en-Anjou, nouveau foyer pour le patrimoine pharmaceutique

Julie Chaizemartin
| 23.04.2018

Il est un rêve qui existe depuis longtemps dans l’esprit des amoureux des vieux pots, celui de la création d’un musée d’histoire de la pharmacie. Projet de multiples fois évoqué, autant de fois avorté. Cette utopie patrimoniale vient de resurgir alors qu’est inaugurée une pharmacie du XIXe siècle, dans l’hôtel-Dieu de Baugé-en-Anjou, exposée à quelques mètres de l’apothicairerie historique du lieu.

  • faienceries
  • Albarello
  • Silène
  • apothicairerie
  • François Chambonnet
  • château
  • vue pharmacie

C’est une pharmacie familiale historique, comme il en existait tant autrefois. Elle était située rue Pannessac au Puy-en-Velay.

« Merci Jacques de l’avoir sauvée. » Les yeux brillants d’émotion, François Chambonnet s’adresse à Jacques Gravé, président de l’association Sauvegarde du patrimoine pharmaceutique. Il caresse affectueusement ses chères boiseries, se glisse derrière le comptoir, son comptoir, derrière lequel il officia tant d’années (jusqu’en 2010), à la suite de...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires