Le cri d'alarme de Jacques Testart - Transhumanisme : un cauchemar annoncé ?

Le cri d'alarme de Jacques TestartTranshumanisme : un cauchemar annoncé ?

André Masse-Stamberger
| 16.04.2018

Depuis pas mal de temps, Jacques Testart, père scientifique du premier bébé-éprouvette français (né en 1982), mène un combat vigoureux contre les tentatives de fabriquer un « homme augmenté » et « amélioré ». Dans « Au péril de l’humain », avec la journaliste Agnès Rousseaux (le média indépendant « Basta ! »), il éclaire les risques d’une biotechnique qui avance discrètement.

  • Idées-Au péril de l'humain

On entre très vite dans le vif du sujet avec l’annonce que dans les prochaines décennies des ruptures technologiques rendront possible une transformation radicale de l’humain. Immenses mais tout aussi terrifiantes sont les mutations que les technosciences promettent. Esquissons une short list : implants cérébraux, peau artificielle, amélioration et régénération des corps, bébés à la carte. Certains n’hésitent pas à proclamer que « l’homme qui vivra mille ans est déjà né » !...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Prescription électronique

À la Une Ordonnance électronique : c'est pour quand ? Abonné

En chantier depuis plusieurs années, l’application de l’e-prescription va s’accélérer, une évolution rendue nécessaire par la sécurisation de la transmission des ordonnances. Mais aussi par l'encouragement des professionnels de santé à la coordination des soins. Commenter

Partenaires