Une nanofibre pour dépolluer les eaux contaminées par les médicaments

Une nanofibre pour dépolluer les eaux contaminées par les médicaments

Mélanie Maziere
| 23.02.2018
  • Rivière

Des chercheurs de l'université de Johannesburg, en Afrique de Sud, ont mis au point une nanofibre capable d'extraire le diazépam (Valium) des eaux recyclées ou usées.

Commercialisé depuis 1963 par les Laboratoires Roche sous le nom de Valium, le diazépam est un anxiolytique largement utilisé dans le monde. Conséquence : il pollue massivement les eaux et est particulièrement difficile à filtrer car il est en partie soluble et ses particules sont très petites. Actuellement, les...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
carte

À la Une Ruptures de stock : les contradictions européennes Abonné

Dénonçant « l’épuisement des stocks de médicaments » lié aux importations parallèles, une députée européenne a interrogé la Commission sur ces pratiques, mais celle-ci en a confirmé la légalité. Pourtant, comme le rappelle la pharmacovigilance, les pénuries de médicaments qu'elles peuvent engendrer, présentent parfois des risques iatrogènes. 2

Partenaires