Le monde aujourd'hui - Proche-Orient : l'huile sur le feu

Le monde aujourd'huiProche-Orient : l'huile sur le feu

Richard Liscia
| 11.12.2017

La décision de Donald Trump de transférer à Jérusalem l'ambassade des Etats-Unis en Israël, actuellement à Tel Aviv, a été commentée davantage sous le coup des passions qui caractérisent tout ce qui concerne le conflit israélo-palestinien qu'au nom d'une analyse logique. Certes, M. Trump s'est livré à l'une de ces provocations dont il est coutumier, mais il a aussi entériné un fait accompli, à savoir que le gouvernement et la Knesset sont installés à Jérusalem, ce qui en faisait déjà, de facto, une capitale.

  • Proche-Orient : l'huile sur le feu

Sur le plan juridique, le président des Etats-Unis n'a bafoué aucune loi, bien au contraire. Le congrès a adopté en 1995, soit il y a 22 ans, un texte appelé « Jerusalem Embassy Act » qui prévoyait déjà le transfert de l'ambassade. Il autorisait toutefois le président en exercice à repousser de six mois en six mois l'application de la loi. Les présidents Clinton, Bush et Obama n'ont donc jamais mis en œuvre le texte adopté pendant le premier mandat de Bill Clinton. Quelles que fussent...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires