Tourisme - Cité coloniale, villages de montagnes, ruines mayas - Le Salvador fait valoir ses atouts

TourismeCité coloniale, villages de montagnes, ruines mayas - Le Salvador fait valoir ses atouts

Philippe Bourget
| 11.12.2017

Parmi les moins connus d’Amérique centrale, ce pays au passé tourmenté veut montrer qu’il n’a rien à envier à ses voisins. Ses volcans, son littoral Pacifique, ses villages de montagne et la superbe ville coloniale de Suchitoto sont autant d’arguments pour convaincre les touristes de tenter l’aventure.

  • Salvador2-Conceptión de Ataco
  • Salvador3-Le lac Suchitlán
  • Salvador4-L'église de Suchitoto
  • Salvador1-Suchitoto

En Europe, le Salvador garde l’image d’un pays instable, considéré comme « dangereux ». La faute à une guerre civile fratricide qui a mis le pays à feu et à sang pendant plus de dix ans. Mais c’était au XXe siècle, et la paix entre l’État et les guérilleros a été signée il y a déjà 25 ans, en 1992. Certes, le Salvador est encore une nation inégalitaire, soumise ici et là à la violence des maras, gangs qui mettent en coupe réglée certains quartiers urbains...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
PACES

À la Une Études de santé : la réforme décryptée Abonné

À la rentrée 2020, le numerus clausus ne sera plus. Pour adapter les compétences aux besoins actuels du système de santé, notamment, la PACES cédera sa place à deux parcours qui doivent également permettre à des profils plus diversifiés d'avoir accès aux études de santé. Si les syndicats étudiants saluent l'intention, ils appellent désormais les universités à jouer le jeu jusqu'au bout. Commenter

Partenaires