Codéinés : « Je ne voulais pas qu’il y ait un mort de plus »

Codéinés : « Je ne voulais pas qu’il y ait un mort de plus »

Didier Doukhan
| 20.11.2017

Au début de l'été, un arrêté ministériel rendait la prescription obligatoire pour toutes les spécialités contenant de la codéine… non sans susciter la grogne des officinaux. Agnès Buzyn souhaite aujourd’hui revenir sur le contexte de cette décision. « Les syndicats et l’Ordre des pharmaciens ont été contactés une semaine avant que l’arrêté soit pris. Si l’information n’a pas diffusé jusqu’aux officines, ce n’est pas de mon fait. » La ministre le reconnaît cependant, il s’agissait...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Dispensation adaptée : c’est parti pour deux ans Abonné

Signé le 12 février, l’avenant 20 à la convention pharmaceutique ouvre la possibilité aux pharmaciens d’officine d’adapter la dispensation de certains médicaments à posologie variable. Cette nouvelle mission en faveur du bon usage débutera le 1er juillet prochain pour une période de deux ans. Explications et réactions. 7

Partenaires