La réponse de Klésia

La réponse de Klésia

Marie Bonte
| 12.10.2017

Denis Stainier, directeur adjoint de Klésia, réaffirme sa position d'organisme paritaire désireux d'aligner les garanties des non-cadres sur celles des cadres de l'officine.

Le Quotidien du pharmacien.- On vous reproche de ne pas avoir répondu à l'appel d'offres lancé par la branche officine. Comment justifiez-vous votre choix ?

Denis Stainier.- Il s’agit d’une position de principe puisque nous considérons que le cadre réglementaire induisant la recommandation présente des inconvénients majeurs. Par exemple, au contraire de l’ancien système de la désignation, la recommandation ne permet pas que les organisations patronales et salariales...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
masque

Distribution de masques dans les pharmacies dès cet après-midi

Le ministère de la Santé appelle les pharmaciens à distribuer des masques - provenant des stocks de l’État - aux professionnels de santé et aux patients définis prioritaires par les autorités. Alors que trois nouveaux cas de... 4

  • À la UneÀ quel âge partirez-vous à la retraite ?

    Abonné
    Michel Anglade

    L'issue des débats sur la retraite qui se prolongent à l'Assemblée nationale reste encore incertaine pour les pharmaciens. La profession... Commenter

  • InhalateurGreen care

    Abonné
    inhalateur

    Non, la « santé durable » n'est pas une promesse de longévité ! Le concept naissant viserait plutôt à élaborer des soins de santé plus... Commenter

  • HumeurLes marathons imbéciles

    Abonné

    Je ne vois pas au nom de quelle tradition (c'est sans doute un héritage de Chirac) on oblige le président de la République à visiter le... Commenter

Partenaires