De nouvelles armes contre les cancers
Formation - Formation à la pharmacovigilance pour pharmacien
De nouvelles armes contre les cancers | 1/10
Didier Rodde
| 13.06.2019

Considérés initialement comme une véritable révolution dans le traitement de certaines leucémies, les inhibiteurs de tyrosine kinase ont vu leurs indications s’étendre ensuite considérablement, faisant de ces produits actifs par voie orale et disponibles en ville des armes anticancer de première importance, d’autant plus que leur tolérance est souvent bien meilleure que celle de la chimiothérapie « classique ».

  • leucémie
  • glivec

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

Les autres formations

add
  • Formation

    Bien utiliser les anticoagulants

    Abonné
    coag

    Les  médicaments anticoagulants jouent un rôle clé dans la prise en charge d’importantes pathologies cardiovasculaires. Plus de 3 millions... Commenter

  • Formation

    Tout savoir sur l'insulinothérapie

    Abonné
    pompes

    L’insulinothérapie, qui ne cesse de se perfectionner, a révolutionné la prise en charge des patients diabétiques. Les progrès portant à la... Commenter

  • Formation

    Traitements chroniques : gare aux effets indésirables

    Abonné
    effets

    Si on pense toujours en premier lieu, et à raison, aux effets indésirables susceptibles de survenir rapidement après l’initiation d’un... Commenter

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
PACES

À la Une Études de santé : la réforme décryptée Abonné

À la rentrée 2020, le numerus clausus ne sera plus. Pour adapter les compétences aux besoins actuels du système de santé, notamment, la PACES cédera sa place à deux parcours qui doivent également permettre à des profils plus diversifiés d'avoir accès aux études de santé. Si les syndicats étudiants saluent l'intention, ils appellent désormais les universités à jouer le jeu jusqu'au bout. Commenter

Partenaires