Formation thérapeutique - Infections infantiles : cinq classiques
Formation - Formation thérapeutique du Pharmacien
Formation thérapeutiqueInfections infantiles : cinq classiques | 1/8
Nicolas Tourneur
| 07.01.2019

Le jeune enfant est exposé à de nombreux micro-organismes contre lesquels il n’a pas encore acquis de défenses immunitaires efficaces. C’est ainsi que rougeole, rubéole, oreillons, varicelle, d’origine virale, ou coqueluche, d’origine bactérienne, sont à l’origine d’infections restant généralement bénignes. Toutefois, leur banalité ne doit pas conduire à sous estimer le risque de complication, ni surtout à négliger de s’en prémunir en respectant le calendrier des vaccinations obligatoires.

  • ror
  • rougeole

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

Les autres formations

add
  • Formation

    L'inquiétante progression du diabète de type 1

    Abonné
    diabète 1

    Depuis une vingtaine d'années, le nombre de patients atteints de diabète de type 1 augmente de 3 à 4 % par an. Sans connaitre les raisons... Commenter

  • Formation

    Substitution hormonale et ménopause

    Abonné
    Substitution hormonale et ménopause-0

    La carence estrogénique accompagnant l’arrêt naturel de l’ovulation lors de la ménopause induit des signes cliniques plus ou moins marqués... Commenter

  • Formation

    Céphalées, comment y remédier ?

    Abonné
    migraine

    Il ne faut pas confondre migraines et algies vasculaires de la face même si ces céphalées primaires partagent quelques points communs. Il... Commenter

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
PACES

À la Une Études de santé : la réforme décryptée Abonné

À la rentrée 2020, le numerus clausus ne sera plus. Pour adapter les compétences aux besoins actuels du système de santé, notamment, la PACES cédera sa place à deux parcours qui doivent également permettre à des profils plus diversifiés d'avoir accès aux études de santé. Si les syndicats étudiants saluent l'intention, ils appellent désormais les universités à jouer le jeu jusqu'au bout. Commenter

Partenaires